Vendre ou soigner ?

vendre ou soigner ?

En complément du message subliminal (!) du 4 novembre au Marché des Filles, voici pour les plus curieux, un documentaire radiophonique label France Culture sur certaines dérives de notre médecine, qui justifieraient que nous y regardions à deux fois avant de nous confier corps et âme à ses adeptes et que nous nous réapproprions la capacité à veiller à notre santé par nous-mêmes.

55 petites minutes d’attention pour un sujet qui nous touche de si près, est-ce trop s’octroyer ?

 

Bonne émission !

 

Publicités

Nos messages subliminaux (!)

Chers amis du bon pain et autres ingrédients de notre santé,

Vous êtes de plus en plus nombreux à vous abonner à notre blog, ce qui nous réjouit beaucoup. Cela signifie en effet qu’un nombre non négligeable de personnes se retrouvent non seulement dans notre approche de la panification mais plus généralement dans notre vision du vivre et du faire ensemble.

Nouveau lecteur, tombé ici par hasard (vous avez dit hasard ?), vous êtes exactement au bon endroit. Retroussez vos manches et construisons ensemble le monde dans lequel nous voulons vivre. Pas forcément à la truelle. Il y a des activités plus tranquilles qui favorisent la mutation de notre environnement. Par exemple, troquer votre déambulation hebdomadaire au rayon « produits frais » du supermarché par une balade au Marché des Filles.

Que dites-vous de cela ?

Cet acte apparemment anodin a de multiples conséquences sur nos vies :

  • Passons sur l’impact d’une alimentation bio sur notre santé, vous en êtes conscients.
  • Vous soutenez par chacun de vos achats un agriculteur de votre pays, autrement dit votre voisin, l’aidez à se sortir de l’étau dans lequel la grande distribution voudrait le maintenir. Vous agissez ainsi en faveur d’une autre économie, propre, humaine, solidaire, et bien réelle.
  • Vous boycottez en même temps les produits étiquetés bio de la grande distribution, qui, outre qu’ils sont issus d’exploitations industrielles à l’éthique opaque, y sont vendus avec une marge injuste et injustifiée, renforçant l’idée répandue que le bio est réservé aux nantis, ce qui est faux. Ne fréquentant pas ce rayon des grandes enseignes, vous arrêtez de cautionner cette imposture, d’enrichir ceux qui n’en ont pas besoin, et obligez les acteurs de l’économie conventionnelle à revoir leur copie.
  • Vous profitez du soleil dans l’agréable environnement de la ferme, s’il pleut vous vous calfeutrez dans le fournil/boutique encore tout chaud de la cuisson de la dernière fournée, vous rencontrez vos voisins, vous partagez de jolis moments, vous rentrez content chez vous. Ça aussi, c’est de la nourriture, de la bonne, celle du coeur.
    En plus vous achetez ce que la saison et le terroir vous offre à ce moment-là, et avec ça vous allez pouvoir/devoir exercer votre créativité culinaire. Que des avantages !
  • Et pour parachever le tout, vous profitez au passage des messages subliminaux (!) que les filles vous font subrepticement passer : des petits flashs d’éveil de conscience sous de multiples formes : vidéos, lectures, petites conférences, mini-ateliers, tout ça pendant votre marché, entre salades et fromage, à la bonne franquette.

Samedi dernier, par exemple, Eva Doublet, fidèle adepte du Marché et spécialiste des soins aux huiles essentielles, a installé son pupitre dans le fournil et, devant un auditoire fort attentif, nous a éclairés sur l’aromathérapie et son usage au quotidien.

Avec en point d’orgue, une initiation à une technique d’aromatouch des mains.

Très agréable, instructif et convivial intermède, dont tout le monde est ressorti ravi et un peu plus riche de connaissances. C’est précisément l’intention de nos messages subliminaux (!)

Voyez à quoi mène le bon pain ! La vie nous réserve de ces surprises…

Au plaisir de construire le nouveau monde avec vous, chers amis !

PS : Pour ceux d’entre vous qui souhaitent s’accorder le temps d’approfondir le sujet de la pratique de la médecine dans nos pays et de l’intérêt de reprendre la maîtrise de notre corps et de notre santé, un petit bonus d’une heure en cliquant ICI.

Nouveau rendez-vous bio en pays surgérien

Samedi 23 septembre,

c’est le grand saut !

voit le jour et se tiendra au fournil de la ferme Saint-Germain,

tous les samedis de 9 à 13h

 

Le pain de Mathilde vous y proposera comme d’habitude ses pains, brioche et biscuits.
La ferme Saint-Germain ses farines et légumes secs
Aurore ses légumes frais, poulets et œufs,
Sébastien ses miels et autres produits des abeilles

Vous y trouverez aussi des tisanes, des fruits, et d’autres choses, selon l’approvisionnement et la saison.

Et puis, autant que vous soyez dans la confidence, il y aura, de temps en temps, des surprises

Apéro d’inauguration au fournil
ce samedi 23 septembre

Nous avons hâte de vous y retrouver, et tous les samedis suivants.

Parlez-en abondamment autour de vous, les amis. Les bonnes nouvelles, ça  se partage !

Quel boulanger(ère) veut se joindre à nous ?

Nous avons si bien fait notre affaire, nous nous sommes tant appliquées, nous avons convaincu tant de désormais fidèles mangeurs de bon pain que nous voilà débordées ! Nous avons besoin de renfort, ça devient urgent.

Alors, toi, boulanger(e) de coeur et de métier, bio dans l’âme, toi qui rêves d’exercer ta créativité au sein d’une ferme en biodynamie, qui adhères à notre démarche boulangère (détaillée dans cet article-ci et dans cet article-là, que tu auras lus avec attention) et que l’aventure de l’installation et la transformation de blés anciens enthousiasme, tu es fait pour le pain de Mathilde !

Nous te proposons dans un premier temps une activité musclée d’environ 20h/semaine, susceptible d’évoluer très vite vers un temps complet.
Tenté(e) ? Contacte-nous. C’est par par ici.

A très bientôt !

Du bon grain au bon pain

France-Culture nous gâte encore : Jean-François Berthellot, une des figures de proue de la reconquête des blés de terroir et de leur transformation en pain… de terroir, s’est vu consacrer deux émissions de la série dominicale On ne parle pas la bouche pleine.

En plein dans le sujet qui fait notre quotidien, ces interviews intimistes sont un vrai délice, et nous ne résistons pas au plaisir de vous en faire profiter.

Le collectionneur de blé :

Du bon grain pour du bon pain :

738_dscf1006

Jean-François Berthellot enfourne le pain dans son four de la Ferme du Roc (Lot) – Crédits : Jean-François Berthellot

 

Des nouveautés en 2017

Au Pain de Mathilde, les bonnes résolutions ne suffisent pas : nous bougeons VRAIMENT en ce début d’année !

Pour preuve : du nouveau pour les mangeurs de bon pain.

Un très spécial pain Saveur

Farine de blé et graines de courge et tournesol.
Sa particularité est une panification très hydratée et une fermentation lente avec très peu de levain, pour une explosion des arômes et un temps de conservation maximal.
A essayer !

Un pain au seigle et aux noix

Déjà entrevu en période de Noël.
30% de seigle, 70% de blé, plein de noix concassées et un soupçon d’aneth. De quoi régaler les papilles…

Tout ça à la boutique de la ferme aussi bien qu’en magasins de producteurs à Surgères et à la Rochelle.

2017 est une belle année, n’est-ce-pas ?

Au plaisir de vous revoir chez nous très bientôt !